Home Politique AFRIQUE / BÉNIN 5ème pays africain à avoir legalisé l’avortement ,...

AFRIQUE / BÉNIN 5ème pays africain à avoir legalisé l’avortement , voici tout ce qu’il faut savoir sur la loi à polémique.

Derrière l' Afrique du Sud ,la Tunisie , la RDC et le Maroc , le BÉNIN est le cinquième pays Africain à avoir légalisé l'avortement ce jour 21octobre 2021 à l'Assemblée Nationale. Un vote qui a alimenté les réseaux sociaux au BÉNIN et surtout dont les religieux ont majoritairement désapprouvé , c'est un réel assouplissement pour que la jeune fille puisse posséder le droit d'interruption volontaire du développement d'un fœtus.

0
4
vote de loi su l'avortement au bénin

Modifiant et complétant la loi n° 2003-04 du 03 mars 2003 relative à la santé sexuelle et à la reproduction au BÉNIN « Article 17 nouveau : INTERRUPTION VOLONTAIRE DE GROSSESSE. L’interruption volontaire de grossesse est autorisée sur prescription d’un médecin lorsque :la poursuite de la grossesse met en danger la vie et la santé de la femme enceinte ;la grossesse est la conséquence d’un viol ou d’une relation incestueuse et que la demande est faite par la femme enceinte s’il s’agit d’une majeure, ou par ses représentants légaux s’il s’agit d’une mineure ;l’enfant à naître est atteint d’une affection d’une particulière gravité au moment du diagnostic. En aucun cas, l’interruption volontaire de grossesse ne doit être pratiquée comme un moyen de contrôle des naissances >> a écrit le président de l’Assemblée National M. Louis VLAVONOU .

les députés en pleniere

Une loi qui a été votée nuitamment, il est a rappelé qu’elle existait depuis 2003 mais restait peu connue de la population béninoise et surtout pour élargir son champ d’action , des demandes répétitives ont été introduites au parlement béninois ,pour permettre aux jeunes filles d’interrompre des grossesses issues de viol , de la malformation des fœtus , de l’irresponsabilité partenariale et surtout <<à la demande de la femme enceinte, l’interruption volontaire de grossesse peut être autorisée lorsque la grossesse est susceptible d’aggraver ou d’occasionner une situation de détresse matérielle, éducationnelle, professionnelle ou morale incompatible avec l’intérêt de la femme et/ou de l’enfant à naître.>> renchérissait le président de l’Assemblée Nationale .

Enfin ,le BÉNIN est doté désormais d’une loi qui protège ses filles pour avortement en toute sécurité. Mieux ,les contres-actives de ladite loi ont prévu des sanctions lourdes contre les mères et filles qui voudront avorter sans les justificatifs précités.